Les derniers jours d’Arthur Rimbaud

L’un des textes les plus beaux – si ce n’est le plus beau – que j’ai lus sur Arthur Rimbaud, est celui de sa sœur. Je puis même affirmer que sur la cinquantaine d’ouvrages que j’ai achetée concernant la vie d’Arthur, ce petit livret de quelques pages est le plus magnifique, et le plus profond. Le paradoxe en est qu’il est gravé de la plume de sa sœur, ardente catholique, décrivant les derniers jours de celui qui était hors tout, et hors religion. Son témoignage est crucial, puisqu’elle a été l’unique présente des derniers jours de sa vie. Et que cela réduit à néant tous les ouvrages des absents, c’est-à-dire 99,99% de tout ce qu’il a été possible de lire depuis sa disparition. Dans ces quelques feuillets, Isabelle n’est plus catholique, elle est la réceptrice d’Arthur Rimbaud, son frère, abandonné de tous, délirant, vivant ces dernières heures – ce qu’elle retransmit avec une force poétique que seul Arthur aurait sue partagée :

https://www.amazon.fr/derniers-jours-dArthur-Rimbaud/dp/B083XT15QV/ref=sr_1_5?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&keywords=isabelle+rimbaud&qid=1582144219&sr=8-5&fbclid=IwAR1LtYl-hx86hQjB4yqlz68Jigkgs9c7hKgO4FhNZ7obEfCnx_G-w1GM9GA

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 ⁄ 14 =


error: Content is protected !!