Art du collage & cèdres du Liban

Dans son poème « Chœur des cèdres du Liban », Lamartine écrivait : « Aigles qui passez sur nos têtes / Allez dire aux vents déchaînés / Que nous défions leurs tempêtes / Avec nos mâts enracinés ». Presque 2 siècles plus tard, ces vers sont toujours d’actualité tant le Liban accumule les tempêtes nées des crises politiques, institutionnelles, économiques et financières. Dans ces heures qui lui sont sombres il lui reste ses artistes, que rien ne fait plier, et dont le musée Artcolle possède un témoignage toujours mis à l’honneur par ce collage que m’avait donné Hiba Badreddine, et que j’ai, comme à mon habitude, offert à mon tour à l’unique musée consacré à l’art du collage.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
11 × 28 =


error: Content is protected !!